Samuel Dixneuf

Matins étrangers

In carnets on 12 octobre 2010 at 13:52

Tu as traversé la nuit

Longé les précipices

Sans le savoir

Dîné avec les dieux

Assis sur ta couche

Groggy

Tu réagis mollement

Aux gesticulations du réel

Déposé sur le bitume

D’un matin gris

Tu regardes les lignes

S’enfuir, monotones.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :