Samuel Dixneuf

Tuer

In carnets on 14 décembre 2010 at 04:14

Tu es cet enfant assis depuis neuf jours sans bouger contre la façade de crépi, le visage offert au ciel

Tu es cet SDF blotti sous le pont des Mariniers, à la recherche de son reflet

Tu es ce vieillard, tête basse devant un plat de lentilles qu’il a renoncé à dénombrer

Tu es cette voiture délaissée, au milieu d’un champ luxuriant

Tu es cette craie qui s’effrite sur le tableau noir, les enfants la suivent de leurs yeux avides

Tu es ce visage pâle devant l’écran phosphorescent qui flotte dans le temps suspendu

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :