Samuel Dixneuf

La tendre caresse de la torpeur estivale

In Chroniques on 12 janvier 2011 at 13:02

Au cœur de l’hiver, republier (dans le désordre) quelques chroniques du Tour de France, précédemment parues sur Mediapart, pour le réconfort.


« Je souhaite sauver de jeunes âmes. Après avoir lu mes livres, le lecteur ne devrait plus aller au bureau travailler, ni accepter l’ennui d’un parcours déjà tracé comme une ligne droite. » Albert Cossery

Il faut regarder ce Tour de France, 96e du nom, en ‘fainéant de la vallée fertile’, un livre de Cossery détournant la morsure du soleil alors que nous somnolons dans les hauts blés.

A chaque fois le même rituel. Après les pénibles pirouettes du village départ et  les pitreries de Gérard Holz -que j’imagine vaguement depuis le fond du jardin, je me rapproche du téléviseur bien décidé à voir le doux sort se reproduire. Il ne manque jamais de me cueillir. Je me laisse faire avec délices.

Un tiède courant m’emporte, il reste 150 kms à parcourir. Mes yeux se ferment. Irrésistiblement. La voix de JPO est bientôt remplacée par le chant des cigales. Je vogue sur les senteurs sucrées de l’été provençal.

Un merveilleux voyage au cœur de l’après-midi.

Un réveil timide me secoue gentiment mais systématiquement à dix kilomètres de l’arrivée. Dix kilomètres qui filent comme un rêve d’été.

 

18 Juillet 2009

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :