Samuel Dixneuf

Révolte du vampire

In invité(e)s, vasescommunicants on 4 mars 2011 at 01:00

Pour la cuvée 5 des Vases communicants, Lignées accueille le poète Stéphane Bataillon. On peut en savoir un peu plus sur lui et son actualité ici.

Écrire le minimum. Pour stopper l’asphyxie. Pour que les mots, juste rassasiés, restent tous à hauteur d’herbe. Qu’ils puissent se démarquer en laissant l’impression que nous pourrions survivre.

Écrire le minimum. Rester toujours au seuil d’une rencontre possible. Pour nous tirer de là. Que nous nous étonnions, d’un concentré d’enfance.

Écrire le minimum. Pour partager ce pain. Et équitablement.

Effacer tous les mots
gravés au creux des roches

Gagner un peu de vide

Pouvoir t’imaginer.

Merci à Stéphane qui m’a permis ce retour au poème, là-bas.

Autres Vases de mars.

Publicités
  1. économie éloquente

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :