Samuel Dixneuf

Lunettes

In invité(e)s, vasescommunicants on 3 décembre 2010 at 00:00

Vases communicants, cuvée numéro 2. J’ai le plaisir d’accueillir ce texte de Jérémie Szpirglas, à la narration joyeusement digressive.

—-

Sans les lunettes qui lui barrent — que dis-je lui barrent, lui masquent ! — le visage, elle serait sans doute assez commune : traits fins et réguliers, comme on dit dans les livres — on ne comprend réellement ce qui se cache sous ces « traits réguliers » que quand on se met à écrire et qu’on cherche désespérément un qualificatif mélioratif de substitution pour « quelconque », « pas déplaisante », « jolie mais sans plus ». C’est alors qu’on écrit « réguliers ».

Mais voilà, il y a ces lunettes — ce sont de grosses lunettes, verres hauts et larges, sertis d’une monture épaisse de couleur bordeaux plus ou moins translucide — pas facile, cet exercice balzacien de la description, que j’imagine (et je ne suis pas le seul) si courant dans le roman français du dix-neuvième siècle pour la simple raison qu’il permet un facile remplissage, dans une économie littéraire régie par la rémunération au volume, voire à la ligne — et ce masque surprenant rééquilibre paradoxalement son visage, le rend presque fascinant, magnétique — avec l’espoir exaltant de saisir un instant son regard rêveur et virevoltant, ses beaux yeux d’un vert pistache — allez, convoquons ici les nymphéas de Monet pour donner une idée plus (ou moins ?) concrète de ces yeux, bien dessinés au demeurant — exposés derrière cette vitrine qu’on hésite à qualifier de grotesque tant elle éclaire cette jeune fille d’inattendue beauté.

Car elle est jeune, et on ne peut s’empêcher de penser que l’accessoire vestimentaire que représentent ses bésicles est aussi pour elle un astucieux moyen d’apporter à sa mise une touche supplémentaire de sérieux et de maturité. Pari réussi — dans une certaine mesure : il tromperait un regard distrait, mais non pas le scrutateur attentif que j’essaie d’être ici — : les lunettes font oublier le sac de toile et les converses à la mode.

Ses lunettes sont un pendant parfait au col roulé à larges mailles dans lequel s’enfonce mollement son menton pour y tirer un semblant de tiédeur dans le froid glacial du matin. Elles donnent en outre du relief à cette face sinon plate, pour répondre aux volutes gracieuses de sa chevelure réunie en un chignon haut, au-dessus de la nuque — pareil pour le mot « chignon » : que de laideur en un son si court ! Aurais-je un jour imaginer écrire ces deux syllabes crêpées ? Elles se chargent pour moi d’un bouquet clairsemé de cheveux grisonnants et gras de vieilles filles ou de vieilles veuves encore apprêtées, encore entêtées, comme si la vie leur réservait encore quelque surprenant bonheur.

Mais c’est ainsi : c’est ici le mot juste et je n’ai d’autre choix que de le glisser dans ma phrase et dans ma prose, au cœur de ma description qui aussitôt prend un cachet d’un autre temps — comme ces polaroïds jaunis que l’on découvre parfois, vieux signet oublié entre les pages d’un livre de poche à l’odeur poussiéreuse de bibliothèque et de souvenirs, où nos lectures suivent celles de nos frères et cousines, parents et grands-parents — marque-page abandonné là qui, comme un cairn au bord du sentier, indique le lieu de la trop longue description qui leur a fait reposer, découragé, le volume, pour ne jamais plus le reprendre.

—-

Mon texte, sur Inacheve.net

Autre vases du mois de décembre:

Daniel Bourrion http://www.face-terres.fr/ et Urbain trop urbain http://www.urbain-trop-urbain.fr/

François Bon http://www.tierslivre.net/ et Michel Volkovitch http://www.volkovitch.com/

Christine Jeanney http://tentatives.eklablog.fr/ce-qu-ils-disent-c138976 et Kouki Rossi http://koukistories.blogspot.com/

Anthony Poiraudeau http://futilesetgraves.blogspot.com/ et Clara Lamireau http://runningnewb.wordpress.com/

Samuel Dixneuf-Mocozet https://samdixneuf.wordpress.com/ et Jérémie Szpirzglas http://www.inacheve.net/

Pierre Ménard http://www.liminaire.fr/ et Christophe Grossi http://kwakizbak.over-blog.com/

Michel Brosseau http://www.àchatperché.net/ et Jean Prod’hom http://www.lesmarges.net/

Lambert Savigneux http://aloredelam.com/ et Silence http://flaneriequotidienne.wordpress.com/

Olivier Guéry http://soubresauts.net/drupal/ et Joachim Séné http://joachimsene.fr/txt/

Maryse Hache http://semenoir.typepad.fr/ et Cécile Portier http://petiteracine.over-blog.com/

Anita Navarrete Berbel http://sauvageana.blogspot.com/ et Landry Jutier http://landryjutier.wordpress.com/

Anne Savelli http://www.fenetresopenspace.blogspot.com/ et Piero Cohen-Hadria http://www.pendantleweekend.net/

Feuilly http://feuilly.hautetfort.com/ et Bertrand Redonnet http://lexildesmots.hautetfort.com/

Arnaud Maïsetti http://www.arnaudmaisetti.net/spip et KMS http://kmskma.free.fr/

Starsky http://www.starsky.fr/ et Random Songs http://randomsongs.org/

Laure Morali http://lauremorali.blogspot.com/ et Michèle Dujardin http://abadon.fr/

Florence Trocmé http://poezibao.typepad.com/ et Laurent Margantin http://www.oeuvresouvertes.net/

Isabelle Buterlin http://yzabel2046.blogspot.com/ et Jean Yves Fick http://jeanyvesfick.wordpress.com/

Barbara Albeck http://barbara-albeck.over-blog.com/ et Jean http://souriredureste.blogspot.com/

Kathie Durand http://www.minetteaferraille.net/ et Nolwenn Euzen http://nolwenn.euzen.over-blog.com/

Juliette Mezenc

http://www.motmaquis.net/ et Loran Bart http://noteseparses.wordpress.com/

Shot by both sides http://www.shotbybothsides.org/ et Playlist Society http://www.playlistsociety.fr/

Sourire du reste http://souriredureste.blogspot.com/ et Barbara Albeck http://barbara-albeck.over-blog.com/

Gilles Bertin http://www.lignesdevie.com/ et Brigitte Célérier http://brigetoun.blogspot.com/

Publicités
  1. Ah j’aime beaucoup ! Enfin quelqu’un qui se moque de toutes ses tirades descriptives assommantes qui nous font passer du rouge au vert, crier sourd sous nos couettes lors de nos lectures nocturnes ou nos abats-jours quand il nous prend l’idée saugrenue de prendre ce classique que l’ensemble de la bien pensante société littéraire nous pousse à lire depuis des décennies et nous plonge irrémédiablement dans une torpeur affolante alors qu’une petite voix sournoise nous susurre entre les synapses qu’il faut absolument continuer à lire ses fioritures et autres rhétoriques poussives sur la seule et unique pensée universelle que c’est celà la grande littérature et que ce serait blasphème que de refermer cet œuvre à la sixième page !

  2. Bel exercice qui colle une furieuse envie de connaître un peu plus cette fille.

  3. @Sam : Je n’ai pas réussi à écrire de commentaire sur inacheve.net donc je le fais ici.
    J’adore (extrait d’un WIP). Vraiment bien. Une bonne base pour un truc plus gros. Je me dis que ça fait synopsis de roman. Et ce style. Juste un truc, mettre des manuscules à La Manche parce que ça m’a arrêté dans ma lecture.

  4. Merci Gilles… Ça sera fait lorsque je le republierai ici… Ce WIP est un recueil de nouvelles… Dans un style différent, un autre extrait d’une nouvelle destinée à ce peut-être futur recueil: https://samdixneuf.wordpress.com/2010/10/11/sans-titre/

    Bien à vous,

    S.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :